La démarche

Nous présentons ici notre démarche pour l’implantation d’éoliennes à Acigné

En tant que bureau d’études et développeur de projets éoliens, nous avons identifié l’intérêt de la zone compatible pour le développement éolien à Acigné en 2015.

Le fait qu’il existe cette zone potentielle à Acigné signifie que nous pouvons y conduire des études exploratoires afin de définir un projet de parc éolien.

A ce stade très en amont, nous abordons une phase d’études qui nous permettront de définir le nombre d’éoliennes que nous proposerons d’implanter et les emplacements qui pourront être envisagés.

Plusieurs années de développement

Nous avons initié les démarches suivantes :

  • la consultation et les engagements fonciers
  • la concertation locale
  • les études de la faune, de la flore, des servitudes et du vent

Ensuite, avant de voir fonctionner les éoliennes il sera donc nécessaire de procéder à plusieurs étapes :

  • définir l’implantation des éoliennes (au 1er semestre 2017)
  • déposer une demande d’autorisation aux services de l’Etat (au 2ème semestre 2017)
  • conduite de l’enquête publique par un commissaire enquêteur (au 1er semestre 2018)
  • publication de l’autorisation par le Préfet (au 2ème semestre 2018)
  • construire le parc éolien (au 2ème semestre 2019)
  • produire de l’électricité pour le réseau (au 1er semestre 2020)

Ce calendrier est donné à titre indicatif (les dates entre parenthèses sont données : « au plus tôt… ») et pourront être ajustées.

Planning

La concertation

Nous conduisons notre démarche à Acigné dans la concertation, avant notre demande d’autorisation (qui pourra intervenir, au plus tôt, fin 2017).

Nous sommes conscients que l’implantation d’éoliennes peut générer de nombreuses questions aussi ce site internet et la concertation sont mis en place pour apporter les réponses les plus approfondies aux demandes qui nous sont formulées. Cette phase de concertation intervient en amont de la définition de notre projet, pour créer un espace de dialogue ouvert avant que soient définis les détails de ce projet, et avant que soit engagée la demande d’autorisation pour les éoliennes. Un groupe de travail de concertation est en cours de constitution. En particulier nous souhaitons que des riverains volontaires puissent contribuer par leurs apports à notre compréhension des enjeux locaux.

Si vous souhaitez apporter votre contribution à la concertation n’hésitez pas à utiliser notre formulaire ici.

La concertation débute après l’été 2016.

« Nous avons vocation à développer un projet qui répond à l’intérêt général. »

Conception d’un parc éolien

Le développement d’un parc éolien est une démarche qui consiste à étudier, par étapes, les paramètres techniques, environnementaux, sociétaux et économiques du projet.

Ces éléments permettent finalement de décider du nombre et de l’emplacement de chaque éolienne ainsi que de ses caractéristiques. Le parc éolien qui résulte de ces étapes fait la synthèse de tous les enjeux identifiés.

La cohabitation avec les éoliennes

Conformément à la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, les éoliennes doivent être éloignées d’au moins 500 mètres de toute construction à usage d’habitation, y compris l’habitat isolé. La représentation des zones compatibles sur une carte (zones colorées) permet de définir les zones d’études.

Passez la souris sur la carte pour zoomer.

Les résultats des études nous permettront de définir le nombre d’éoliennes que nous proposerons d’implanter et les emplacements qui pourront être envisagés. A ce stade amont du développement, nous pouvons seulement préciser que les propositions d’implantation devront s’inscrire dans les zones colorées de cette carte.

Avec les propriétaires et exploitants agricoles

P&T Technologie souhaite que les propriétaires et exploitants agricoles contribuent aux réflexions. Nous sommes donc en relation avec ceux de la zone potentielle, nous les consultons depuis le début de la démarche en 2016.

La signature d’engagements fonciers réciproques favorise une meilleure flexibilité pour concevoir le projet : plus nous disposons de surfaces, plus nous pouvons rendre harmonieuse l’implantation des éoliennes avec les activités du territoire.

Toutes les parcelles de la zone d’étude présentent un intérêt, nos réflexions sont donc larges et inclusives et ne nous permettent pas de désigner aujourd’hui les parcelles qui accueilleront effectivement des éoliennes. Nous appelons d’ailleurs à un comportement respectueux vis à vis des propriétaires et exploitants de terres dans la zone concernée, tous intéressés et attentifs à la qualité du cadre de vie.

Avec les citoyens

P&T Technologie souhaite également que les citoyens ou habitants puissent être impliqués financièrement, dans des conditions permettant l’accès très large du plus grand nombre.

Avec une première démarche participative, les citoyens peuvent manifester leur intérêt pour la dimension participative du parc éolien d’Acigné. Plus les participants seront nombreux, plus il sera possible d’envisager un portage citoyen de la mise en œuvre du parc éolien aux côtés des collectivités et organismes intéressés.

Eoliennes et environnement sonore

Nous conduirons des mesures sonores pour qualifier avec précision l’environnement acoustique actuel pendant une période définie et établir un « état initial » sonore. Cette mesure permet de calculer la perception de l’émergence sonore qu’il peut y avoir, en un certain nombre de points précis, avec l’activité cumulée des éoliennes en fonction. Il s’agit là de s’assurer que le niveau sonore de l’activité des éoliennes sera inférieur aux normes applicables de jour comme de nuit. Ces mesures seront conduites à une étape ultérieure du développement du projet, lorsque les implantations seront connues. Lorsque le parc éolien sera en service, de nouvelles mesures seront effectuées pour vérifier la conformité aux réglementations et, le cas échéant, des bridages d’éoliennes pourront être mis en oeuvre. Visitez la Foire Aux Questions pour plus de détails sur les mesures acoustiques.

La cohérence paysagère

Pour comprendre l’impact paysager de l’implantation d’éoliennes, il est nécessaire de conduire en amont une étude paysagère. Celle–ci est réalisée par un expert paysager du bureau d’études AEPE-Gingko selon un cahier des charges établi à partir de directives qui portent sur les périmètres  rapproché et éloigné, et sur une analyse documentaire et une analyse sur le terrain par le paysagiste. Plus les éoliennes sont élevées en hauteur, plus l’aire d’étude est large, pour prendre en compte la visibilité de celles-ci. L’impact paysager d’un parc éolien est aussi représenté par des photomontages (représentation de l’implantation des éoliennes à l’échelle sur des photographies normées du paysage).

P1010616

Nous serons donc en mesure de représenter visuellement sur des photos la vue sur les éoliennes depuis les points de vue remarquables sur le territoire d’Acigné et des communes voisines : hameaux, centres bourgs, points de vue, voies d’accès et tout lieu remarquable ou pertinent. Ces photos permettront de savoir depuis de nombreux points :

  • si les éoliennes seront visibles
  • quelle perception visuelle pourront en avoir les habitants

Nous serons en mesure de présenter des photomontages lorsque l’implantation et les caractéristiques des éoliennes seront définies, avant toute décision d’autorisation.

La faune et la flore : une étude sur une année entière

Pour aborder l’implantation d’éoliennes il est nécessaire de très bien connaître la faune et la flore présente sur le site. En effet toute activité humaine, y compris l’éolien, entre en interaction avec la faune et la flore. L’enjeu, pour notre société artificialisée, est donc de veiller à ne pas remettre en question une espèce par l’impact d’une activité en un lieu donné.

Un principe fondamental a été établi à cet effet, il s’agit d’appliquer aux conséquences dommageables d’un projet sur l’environnement et la santé la séquence « éviter, réduire, compenser ».

La faune et la flore locales sont inventoriées, sur site, par des experts, selon des méthodes normées, au cours d’un cycle biologique complet, soit une année entière. Ne nécessitant pas de connaissances spécifiques sur l’implantation des éoliennes, nous conduisons ces études sur le terrain à partir de mai 2016.

Eviter, réduire, compenser

Le code de l’environnement prévoit que soient détaillées les mesures envisagées par le maître d’ouvrage ou le pétitionnaire pour éviter, réduire et, si possible, compenser les conséquences dommageables du projet sur l’environnement et la santé» (article R.122-3). Pour en savoir plus, visitez le site du Ministère.

Les zones humides

Les zones humides sont des terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau. La végétation y est dominée par des plantes hygrophiles (qui aiment l’eau). Les zones humides peuvent abriter des espèces protégées et sont elles-mêmes protégées par le code de l’environnement : une règlementation stricte s’y applique. Afin de caractériser en détail la présence de celles-ci nous recourons à des études spécifiques de la faune et de la flore et à des sondages pédologiques ponctuels (prélèvement de carottes du sol) pour connaître l’indice d’humidité réel des sols.

Les servitudes techniques et règles applicables

L’armée, l’aviation civile ou certains outils de télécommunication imposent parfois des restrictions dans certains espaces, nécessitant des restrictions ou autorisations spécifiques sur les constructions en hauteur. De même l’implantation d’éoliennes doit être compatible avec les règles urbanistiques issues du PLU (Plan Local d’Urbanisme). Nous étudions tous ces paramètres en détail pour concevoir un parc éolien conforme aux règlementations applicables.

Optimisation de l’énergie éolienne

Pour valoriser la ressource du vent, il faut pouvoir connaître les régimes de vent (vitesse, direction, etc.) et les variations journalières et saisonnières. L’implantation d’un mât de mesure est donc conseillée, sur une période d’au moins une année. Nous n’avons pas encore planifié la mise en place d’un mât de mesure.

Pour favoriser le fonctionnement optimal des éoliennes, il faut pouvoir les implanter face aux vents dominants. C’est ainsi que la production peut être optimisée, en respectant en outre des distances entre chaque éolienne pour éviter les turbulences.

L’accès au réseau électrique

L’électricité que produit une éolienne doit pouvoir être distribuée aux consommateurs, ce qui implique un accès au réseau. Il existe plusieurs « postes sources » de Enedis, qui permettent de connecter une production électrique importante comme celle d’un parc éolien. La faisabilité technique du raccordement à l’un de ces postes sera obligatoirement sous-terraine et sera étudiée avec RTE et Enedis selon une procédure établie pour l’injection d’électricité dans le réseau public.

Le travail de développement

L’ensemble de ces principaux éléments (faune, flore et zones humides, servitudes et contraintes techniques, acoustique, potentiel éolien et cohérence paysagère) se superposent les uns aux autres, pour dessiner le futur parc éolien (emplacement, hauteur des éoliennes, etc.).

De ce fait notre travail de développement prend du temps et s’inscrit dans une démarche d’un minimum de 2 années d’études et de réflexions. La concertation que nous mettons en place est en phase avec les étapes de développement de ce projet.